Les pesticides et le cancer font vraiment bon ménage

Un sondage récent indique que 95% des personnes interrogées pensent qu’il est important de réduire de moitié l’utilisation des pesticides. Avec l’appel de Paris lancé en 2004, d’éminents scientifiques demandent que l’on réduise significativement la pollution chimique, et les médecins se prononcent aussi sur l’évidence grandissante liant les problèmes de santé à l’exposition professionnelle et environnementale aux substances chimiques.

En France, l’incidence des cancers a doublé au cours des 25 dernières années. Il est surtout très inquiétant de voir une progression des cancers chez les enfants. L’origine exacte de ces cancers est inconnue dans la moitié des cas et même dans 85% des cas en ce qui concerne les non-fumeurs.

Le mot « pesticide » vient de l’anglais, sur le modèle de nombreux mots se terminant par le suffixe -cide (« tuer » en latin), et sur la base du mot anglais pest (animal, insecte ou plante nuisible), lequel provient du latin pestis qui signifie « maladie contagieuse, épidémie, peste ».

Plusieurs études scientifiques, notamment une étude récente de l’INSERM , montrent avec de plus en plus de certitudes les liens entre les cancers et l’exposition à certaines substances chimiques, particulièrement les pesticides. Une étude menée en 2004 montre que 25% des 400 pesticides utilisés en France sont reconnus ou suspectés d’être cancérigène.

Un environnement sain et de qualité pour tous les citoyens a besoin de législations solides mais surtout pour protéger les groupes les plus vulnérables dans nos sociétés, à savoir les travailleurs du monde agricole, les femmes enceintes et les enfants.

Les risques encourus

Les agriculteurs exposes a certains pesticides présentent selon toute vraisemblance un risque plus élevé de développer un cancer du système lymphatique (lymphôme), indiquent plusieurs études. Une altération d’un chromosome, première étape vers la cancérisation de cellules lymphocytaires, serait particulièrement fréquente dans cette population.

D’autres études scientifiques font le lien entre pesticides et cancer du cerveau pour les personnes exposées aux pesticides au travail et/ou à la maison et cancer du sein chez les utilisatrices de pesticides.

Enfin, une autre étude montre que l’utilisation d’insecticides domestiques dans l’habitat pendant la grossesse et durant l’enfance était associée respectivement à une hausse de 80% et 70% du risque de leucémie aiguë chez l’enfant. L’emploi d’insecticides dans le jardin pendant l’enfance multipliait par 2,4 le risque de leucémie aiguë de l’enfant et celui de fongicides par 2,5.

Alors: on continue ou pas ?

A quand un semblant de bon sens chez les agriculteurs dignes de ce nom ? Et vous ? vous mangez des produits issus de l’agriculture traditionnelle riche en pesticides, herbicides, insecticides, fongicides et autres délicieuses substances ?

Partagez cet article :

Laisser un commentaire